Articles tagués ‘les risques de la géolocalisation’

Quel avenir pour la géolocalisation?

Le groupe 2 d’EFAP 3 vous présentent leur exposé portant sur l’état des lieux de la géolocalisation et ses perspectives d’avenir.

Visuel de l'exposé sur la géolocalisation

La géolocalisation

Introduction

Définition : La géolocalisation ou géo référencement est un procédé permettant de positionner un objet ou une personne sur un plan ou une carte à l’aide de ses coordonnées géographiques.

La géolocalisation est apparue il y a des années, son fonctionnement n’a été opérationnel qu’en 1995 avec l’apparition des premiers GPS (Global Positioning System).

Le principe de géolocalisation s’applique à travers deux moyens :

–       Localisation de l’information, ici c’est l’utilisateur qui l’utilise pour localiser l’information. Par exemple rechercher un restaurant sur Lyon ou sur Paris. Parmi les premiers sites qui ont utilisé cette technologie, nous pouvons citer les pages jaunes ou encore Google maps.

–       L’utilisateur qui se localise lui-même. On recherche ce qu’il y a autour de soi. Exemples avec les applis Smartphones.

La géolocalisation, déjà rentrée dans les mœurs

–       71% des mobinautes ont déjà utilisé la géolocalisation

Pour se faire, il existe de nombreux moyens technologiques sur lesquels repose la géolocalisation. En effet il n’y a non pas une seule manière de géo localiser mais de nombreuses. Par satellite, par Gsm, par wifi, par adresse IP, par triangulation avec antenne 3G etc.

Les différents supports de la géolocalisation

La géolocalisation comprend de nombreux supports.

En voici une liste non exhaustive qui regroupe les sites et applications les plus connues ou qui ont le plus d’impact.

Tout d’abord le support – phare de la géolocalisation qui concerne le géant du web Google avec l’outil Google map.

Mis en place le 8 février 2005 et lancé en avril 2006 en France, ce service permet, à partir de l’échelle d’un pays, de pouvoir zoomer jusqu’à l’échelle d’une rue.

Deux types de vue sont disponibles : une vue en plan classique, avec nom des rues, quartier, villes et une vue en image satellite, qui couvre aujourd’hui le monde entier.

De plus  la fonction « Street View » permet de voir comme si nous étions dans la rue.

Par ailleurs cette fonction permet d’afficher des photos dans certaines grandes villes. Il est possible de créer des signets sur des emplacements. Une fonction de recherche est également présente.

En plus de localiser l’endroit recherché, Google Map peut éventuellement, pour une entreprise par exemple, afficher des informations telles que son numéro de téléphone public, ou son site Internet. Il également possible de rechercher et de suivre un itinéraire.

Google map est un outil de géolocalisation sur la toile mais aussi accessible sur les téléphones mobiles.

Google map est en corrélation avec l’outil Google adresses. Ce service permet de trouver les adresses les plus pertinentes selon notre emplacement géographique. En effet il est possible d’avoir une référence géographique de son entreprise directement dans les résultats de recherches organiques et dans Google Maps.

Il est en effet primordial pour chaque entreprise de se créer une page de profil de Google Adresses, afin d’assurer gratuitement une bonne visibilité pour l’entreprise dans les moteurs de recherche et en particulier sur Google Map.

Video qui explique Google Map

http://www.youtube.com/watch?v=EYRd8hNvi7o&feature=player_embedded

Nouvel outil crée par Google : Google indoor. disponible depuis le 29 novembre 2011

Google propose un outil permettant aux utilisateurs ou propriétaires des lieux (les aéroports, les centres commerciaux) de renseigner directement les plans de leurs implantations. Google a ainsi ouvert un site dédié en ligne afin de mettre en place ce support permettant la géolocalisation à l’intérieur des infrastructures.

http://maps.google.com/help/maps/floorplans/

http://www.youtube.com/watch?v=kT0KMsfD4d8

Enfin le dernier outil appartenant à Google et axé sur la géolocalisation concerne Google Latitude.

 Il  s’agit une application pour mobile développée par Google dont le but est de partager sa position géographique avec ses contacts, et réciproquement de suivre la position de ses amis sur Google Maps.

L’utilisateur choisit qui est autorisé à voir sa position et avec quelle précision (coordonnées géographiques ou bien seulement la ville). Il est également possible de désactiver l’application, ou d’entrer à la main une position. Google Latitude est également disponible sur PC.

La géolocalisation se fait sur PC d’après l’adresse IP, sur mobile d’après les informations de l’opérateur mobile et le GPS du téléphone.

Ce service peut aussi aider à retrouver son téléphone en cas de perte.

Yahoo a lancé Fire Eagle qui reprend le même principe. Il existe aussi Where, qui est similaire.

Foursquare :

Foursquare est un outil de réseau social, de jeu et de microblogging qui permet à l’utilisateur d’indiquer où il se trouve et de rencontrer ainsi ses contacts

Crée en Mars 2009 par Dennis Crowley,Naveen Selvadurai,Harry Heymann,Nathan Folkman et Mike Singleto.

L’aspect ludique vient du fait qu’il est possible d’accumuler des badges relatifs à des lieux spécifiques. Ainsi plus on se check dans un lieu plus nous aurons des chances d’accéder au statut de maire de ce lieu.

Foursquare a  cherché  à évoluer et à aller de plus en plus vers la recommandation « sociale » et donc bien au-delà que le simple check-in en mettant en place le fonctionnement RADAR.

En interagissant avec les listes, les to-do lists et les amis, L’objectif de Foursquare est que l’on découvre de nouveaux lieux et que l’on interagisse beaucoup plus avec l’application.

Le principe est le suivant :  si vous acceptez le fonctionnement de RADAR (mode opt-in donc), vous recevrez des push notifications (lorsque vous arriverez à proximité de ces lieux) vous invitant à checker et qui pourront être :

  • des lieux dans lesquels 3 ou plus de vos amis ont effectué un check-in
  • des lieux que l’on aura ajouté dans sa to-do list
  • des lieux qui apparaissent dans les listes que l’on suit

Radar explore ainsi les suggestions de lieux à proximité de vous et vous enverra ces notifications même si votre application Foursquare est fermée.

Une aubaine pour le marketing mobile et les stratégies des entreprises.

Voici quelques exemples d’actions menés par des entreprises utilisant Foursquare

Flunch

Flunch est l’une des premières enseignes françaises à s’être lancée sur Foursquare en proposant une offre intéressante et destinée à tous.

En plus de récompenser les 220 « Mayors » (Maires) de ses restaurants de l’hexagone avec des plats à 5€, la marque offrait un café dès le premier « check-in », et 50% de réduction sur le second plat dès la 3e géolocalisation.

Une carte de fidélité 2.0 originale.

Granata Pet

Une méthode des plus originales pour ce fabriquant de croquettes pour nos compagnons à quatre pattes. Un peu plus coûteuse que les campagnes rencontrées jusque-là, la méthode de Granata Pet permet néanmoins d’envisager différemment l’affichage publicitaire.

La marque a en effet choisi d’installer des distributeurs de croquettes pour chien en-dessous de ses panneaux avec un message simple: « Check in! Snack out! ».

Autrement dit, le passant promenant son chien n’avait qu’à se localiser sur Foursquare pour libérer une portion de croquette! Un véritable succès expliqué dans cette vidéo.

http://www.youtube.com/watch?v=YekTIVcXf60&feature=player_embedded#!

STARBUCKS

Tout comme Flunch, Starbucks a ensuite utilisé le principe du « Mayor » (Maire), badge attribué à l’utilisateur qui effectue le plus de « check-ins » dans un même lieu sur une période de 60 jours.

Ce fameux badge permettait d’obtenir une réduction de 1$ sur tous les Frappuccinos. Une fois de plus, le succès fut relatif car il fallait comptabiliser pas moins de 30 « check-ins » dans la même boutique pour obtenir le statut, soit une visite tous les deux jours, ce qui ne manqua pas d’énerver plus d’un client.

Récemment, à l’occasion de son 40ème anniversaire, la marque a organisé un jeu-concours au principe plus simple. Il suffisait, cette fois, de préciser sa présence dans l’une des boutiques ou d’envoyer un email pour participer à un tirage au sort, et espérer décrocher un badge permettant de gagner l’une des 500 cartes cadeaux d’une valeur de 40$.

Si vous souhaitez avoir la signification des 180 badges Foursquare  :

http://blog.gaborit-d.com/les-180-badges-foursquare-en-francais/

Twitter

Twitter comprend une option de localisation des tweets.

Cette dernière permet d’indiquer votre emplacement au moment de l’envoi du tweet.

Après avoir répondu à la question « Qu’est ce qu’il se passe ? » Twitter souhaite répondre à la question « Où cela se passe ».

De nombreuses informations circulent sur Twitter, pour certaine la localisation peut être importante, c’est pourquoi l’outil de micro-blogging a décidé d’ajouter cette option.

Sur les comptes ayant activé cette option, vous verrez s’afficher la localisation de chacun des tweets avec un lien vers une carte Google Maps correspondante.

Facebook : L’ outil « Lieux » (Places)

Vos amis savaient ce que vous faisiez, ce que vous aimiez, ils savent désormais où nous allons grâce à Facebook Places (Lieux).

Version web et moblie sur le réseau social Facebook. En plus de signaler dans quels lieux vous vous trouvez, vous pourrez signaler qui de vos amis s’y trouve aussi et vice-versa. D’un coup d’oeil, vous pourrez ainsi vérifier à tout moment si un de vos contact ne se trouve pas à proximité de votre dernière position signalée.

Vous pouvez informer vos contacts du lieu où vous vous trouvez sur chaque élément partagé.

Photos, commentaires, posts sur les murs ou désormais sur timeline.

Friend locator

Friend locator permet de savoir la position en temps réel d’une autre personne utilisant l’application et qui vous a accepté bien entendu dans sa liste. Cette application coûte 1 Dollar.

Lorsqu’un amis cherche à vous localiser une notification push apparait sur l’écran de votre iPhone.

L’application Check-in 360 est basée sur le même principe. En moins de 10 secondes vos amis seront infirmés par email ou sur Facebook du lieu ou vous vous trouvez.

Il s’agit d’une application gratuite.

De même pour Glympse et de nombreuses autres applications.

Vous voulez savoir ou sont les contrôleurs dans le métro à Paris ? Un site utilisant la géolocalisation a été développé pour cela. Il s’agit de checkmymetro.com

http://www.checkmymetro.com/ecp/

QYPE

Qype est un site Web 2.0 né en 2006 à Hambourg (Allemagne). Ce site est un guide de bonnes adresses communautaires (cityguide). Ses membres font partie d’un réseau social local destiné à rassembler des critiques autour des commerces et des services locaux: restaurants, bars, shopping, salons de beauté…

Qype compte approximativement 17 millions de visiteurs  en Europe.Qype héberge une base de données en ligne d’avis écrits par les membres sur toutes les entreprises locales en Europe. Les utilisateurs peuvent ajouter de nouvelles adresses, des photos et écrire des avis en allemand, en français et en anglais. Chaque membre peut également contribuer activement à la vie communautaire du site.

Qype entretient une liste de catégories (des restaurants au shopping en passant par les boulangeries) mise à jour en permanence.

Dans chacune de ces catégories, les adresses sont listées en fonction de leur classement, calculé en fonction des avis de la communauté sur cette adresse. Les avis et les Qypers de la semaine sont mis en avant dans la newsletter quotidienne, et sur les pages d’accueil des villes et régions en question.

Un système de réputation des membres permet de savoir quels internautes sont les plus populaires, les plus respectés et les plus actifs en termes de contribution.

Les membres peuvent aussi savoir qui partage les mêmes centres d’intérêt qu’eux.

Qype, ça se passe près de chez vous

http://www.qype.fr/fr716-lyon

Dans le même type de support on peut trouver PLYCE qui est un site accès sur les bon plan shopping près de chez nous.

http://www.plyce.fr/bons-plans/toutes-categories/lyon-69

Chatroulette

Enfin le site Chatroulette qui permet de parler a des gens du monde entier à développer Chatroulette Map.

Désormais vous ne pouvez plus mentir sur votre nationalité, votre adresse IP indique le lieu où vous vous trouvez.

Utilisée à des fins personnelles mais aussi pour le tourisme, par des marques et des entreprises, la géolocalisation est désormais de partout.

Mais finalement quels sont ses avantages et surtout ses limites ?

Les avantages de la géolocalisation

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication ne sont pas prêtes de s’arrêter, un avenir prometteur s’offre à elle. Il n’y a aucune limite pour la modernité et les entreprises le savent bien.

Elles misent donc sur l’évolution de ces techniques pour aller plus loin dans la géolocalisation.

1)      Des avantages choc pour les entreprises :

  • Gestion de parc

Système de géolocalisation de véhicules d’entreprise.

Exemple avec l’entreprise DOTMOBIL qui offre un système de gestion de parc automobile tout en un.

C’est avantages permettent à l’utilisateur de visualiser et récupérer les informations en temps réel, quelle que soit sa localisation, mais aussi d’échanger directement des données entre conducteur et exploitant. Cela permet d’augmenter le nombre d’interventions, de réduire le kilométrage des véhicules et de gagner du temps et de l’argent.

On peut aussi gérer les échéances associées aux véhicules telles que les révisions, les contrôles techniques ou les contrats de location longue durée.

Exemples : http://www.damstracking.com/?gclid=CJS9v7DCh64CFYgmtAodNB8J2w

  • Suivre en temps réel les activités et les déplacements

Par rapport à la forte mobilité des collaborateurs, les entreprises ont souhaité améliorer leur productivité, optimiser les déplacements, réduire les coûts, diminuer les charges administratives tout en assurant leur sécurité. Grâce à la géolocalisation, les entreprises peuvent suivre en temps réel l’activité et les déplacements d’une personne et d’un véhicule. Il est possible de contrôler le temps de travail et de pause des collaborateurs, de trouver la situation d’une personne et d’analyser leurs activités.

Il est aussi possible de transmettre des messages ou des adresses aux équipes sur le terrain et de gérer leur planning et tournée.

En interne, les exploitants et gestionnaires de tournées peuvent suivre l’avancement de l’activité et réajuster le planning des interventions en cours de journée.

C’est technologies très opérationnelles et génératrices de bénéfice sont très prisées par les entreprises.

Mais aussi  Protéger un travailleur isolé

Ce système de protection consiste à envoyer automatiquement les positions de véhicules ou personnels à  des intervalles réguliers. Ce dispositif permet de renforcer la sécurité de collaborateurs se trouvant dans des environnements dangereux avec des conditions difficiles. ( j’en parlerais que si je trouve un exemple)

  • Agir pour une éco conduite

Il est également possible d’influer sur le niveau de l’éco conduite et de collecter des informations précises sur l’attitude de conduite du chauffeur.

Le but est de sensibiliser les collaborateurs sur la nécessité de pratiquer une conduite sereine et responsable, mais également de baisser les coûts liés à l’achat de carburant.

2) Avantages pour les marques

  • le ciblage

La géolocalisation est un formidable outil de ciblage. Peu coûteux, ce procédé permet aux magasins et marques de connaître précisément dans quel périmètre leur offre sera vue. On peut parler d’un ciblage qualitatif.

Grâce à la géolocalisation, dans un espace public (rue, centre commercial, etc.), une publicité ciblée peut être envoyée à un utilisateur. Les enseignes peuvent nous envoyer des offres qui nous concernent réellement. Et pour ceux qui possèdent un Smartphone, il est même possible de recevoir des promotions rien qu’en passant devant une boutique.

Une vraie mine d’or pour les commerçants.

Sur les réseaux sociaux ou les sites d’achats groupés, les internautes peuvent laisser des commentaires positifs. Ils représentent des porte-paroles précieux et ont beaucoup de poids. Les marques y prêtent une grande attention.

Les internautes sont moins « noyés dans la masse » qu’auparavant et leur opinion peut avoir de l’influence. La géolocalisation représente tout simplement un ciblage précis et donc une clientèle qu’il faut soigner pour créer un bouche à oreille positif.

C’est un très bon moyen de séduire de nouveaux clients, de faire circuler l’information rapidement et de fidéliser les clients existants.

  • proposer des réductions

Dimoioù est un outil français que les commerçants utilisent pour proposer des réductions aux utilisateurs. C’est un système de recommandation qui propose des lieux et des activités près de chez vous, en fonction de vos goûts. Evidemment, plus vous utilisez cette application, mieux elle vous connaît et vous propose ce qui vous plait vraiment.

  • Les achats groupés

Les sites d’achats groupés tels que Groupon, KGB Deals, ou Dealissime sont dans une période de réussite. Il s’agit de valider dans le temps les offres exclusives, locales et limitées à un nombre minimum de personnes .

Le principe : Vous indiquez votre lieu d’habitation et le site vous envoie régulièrement par e-mail des offres à tarifs réduits. C’est facile, pratique et totalement gratuit. Et si vous parrainez un ami, vous gagnez des réductions.

Ce système d’achats groupés en ligne présente donc de réels avantages et c’est une vraie révolution sur le marché.

3) les avantages au niveau des réseaux sociaux.

De nombreux sites de réseaux sociaux se sont lancés dans la géolocalisation.

  • retrouver vos amis proches

Facebook

Sur les Smartphones, plusieurs applications de geolocalisation sont disponibles.

Facebook Lieux qui permettait de retrouver vos amis proches de vous lorsque vous vous déplacez.

Facebook Bons Plans, consiste à recevoir les offres des enseignes partenaires en indiquant simplement leur présence dans les points de vente concernés. Le service d’offres commerciales géolocalisées permet ainsi de gagner des réductions et d’être tenu informé des bons plans en cours dans les lieux qu’ils fréquentent régulièrement.

  • Partager des opinions locales `

Foursquare

Foursquare permet d’indiquer votre position mais aussi de partager des opinions locales avec votre communauté. C’est à dire que vous signalez où vous êtes et vous dites ce que vous pensez du lieu. Foursquare comptabilise le nombre de fois où vous signalez votre présence dans un lieu et vous permet, en fonction des résultats, de devenir « Maire » de cet endroit. Cela peut aussi vous permettre d’obtenir des promotions.

Mais au-delà de ses fonctions sociales, la géolocalisation permet en un instant de situer autour de l’utilisateur l’ensemble des  » points d’intérêts « (Cinémas, cafés, restaurants ou boutiques). Un seul clic permet d’accéder à de nombreuses informations sans avoir à se lancer dans de grandes recherches fastidieuses sur le net.) -> application

Une Autre utilisation :  » le tag  » automatique des photos prises avec votre smartphone. Une manière facile de préciser où la photo a été réalisée.

  • décider de l’endroit où vous dînerez

Foodspotting est, quant à lui, très spécialisé. L’outil permet de partager en un clic la photo du plat que vous dégustez dans un restaurant. Une méthode originale pour décider de l’endroit où vous dînerez ce soir ! Si vous hésitiez à tester un restaurant de peur d’être déçu par les plats, Foodspotting vous donnera déjà des indications sur la cuisine.

  • autre

On peut aussi citer Yelp (qui regroupe des avis de consommateurs et parle des tendances dans votre ville), Gowalla (service de géolocalisation pour Smartphone grâce auquel les utilisateurs remportent des cadeaux et des réductions), Qype (recense les avis de consommateurs dans votre ville)… Les fonctionnalités de la sorte sont de plus en plus nombreuses.

Conclusion :

Ces applications et outils sont encore peu connus mais leurs perspectives sont très encourageantes et montrent l’avenir de la publicité mixé avec la géolocalisation.

En incitant les clients à laisser des commentaires, le vendeur peut gagner de la visibilité sur des plateformes très fréquentées.

Nous comprenons donc bien, au travers de ces exemples, les avantages liés à la mobilité et à la géolocalisation. Ces systèmes permettent de faire la différence au regard de la concurrence.

 

Les risques de la géolocalisation

respect des limites fixées par la CNIL

La multiplication et la miniaturisation des systèmes de géolocalisation et d’identification va aboutir à une société où il ne sera plus possible de cacher aux autres où nous nous trouvons, redoute le président de la Cnil.

La Cnil a peur de la géolocalisation sur Internet et de ses effets. A l’occasion des Assises du numérique jeudi soir, lors d’une table ronde consacrée aux droits et devoirs des citoyens en ligne, le président de la Commission nationale de l’informatique et des libertés a lancé une sévère mise en garde : «Nous risquons d’entrer dans une société où il ne sera jamais plus possible de cacher aux autres où nous nous trouvons, et avec qui nous nous trouvons. Ce serait une société invivable».

Malgré l’aspect visionnaire et pratique de la géolocalisation, la CNIL (Commission National de l’informatique et des libertés) a fixé des limites et surveille de très près cette méthode. La Commission interdit la collecte déloyale et illicite de données, à l’insu des personnes concernées et est très attentive à l’atteinte de la vie privée et aux libertés individuelles.

Par exemple, en 2010, la CNIL a adopté une mise en demeure à l’encontre de Google. En effet, la société américaine a enregistré des données en France grâce aux véhicules Street View connectés en borne Wifi. La vie privée n’est pas respectée et les informations ont été collectées à l’insu des personnes. C’est pourquoi la CNIL insiste bien sur les risques des réseaux Wifi, la géolocalisation des véhicules et les smartphones un peu trop bavard. Il a été découvert que les Iphone sauvegardaient les informations de géolocalisation et envoyaient régulièrement à Apple ces données. Une aubaine pour Apple qui s’est constitué un dossier en or mais la société a été contactée par la CNIL qui a saisi les données et demandé à limiter le transfert des informations de géolocalisation.

 Limites pour les entreprises

Au niveau des entreprises, la géolocalisation peut également poser des problèmes éthiques. En effet, l’utilisation d’outils de géolocalisation conduit l’employeur à exercer un contrôle renforcé sur l’activité du salarié et pose la question de la frontière entre la vie privée et la vie professionnelle. Face à de nombreuses demandes de conseil et de plainte, la CNIL a adopté en 2006, une recommandation sur les systèmes de géolocalisation. Elle pose ainsi un cadre juridique pour la géolocalisation des véhicules. Ainsi, en matière de surveillance des salariés, l’employeur peut décider unilatéralement de mettre en place un tel système de contrôle, mais il doit au préalable informer individuellement les salariés concernés, informer et consulter le CE et procéder à une déclaration auprès de la CNIL. La géolocalisation peut répondre à plusieurs objectifs : le respect d’une obligation légale ou règlementaire ; le suivi et la facturation d’une prestation ; un impératif de sûreté ou de sécurité du salarié, des marchandises ou du véhicule ; une meilleure allocation des moyens pour des prestations à accomplir en des lieux dispersés, notamment pour des interventions d’urgence ; le suivi du temps de travail lorsqu’il ne peut être réalisé par d’autres moyens. En revanche, la CNIL pose des limites, ainsi l’utilisation d’un tel système n’est pas justifié : lorsqu’un salarié dispose d’une liberté dans l’organisation de ses déplacements (VRP, visiteurs médicaux, etc.) ; lorsqu’il se déplace dans la cadre d’un mandat électif ou syndical ; en dehors de ses horaires de travail. Dans ce dernier cas, la CNIL recommande que les salariés aient la possibilité de désactiver la fonction de géolocalisation des véhicules, lorsqu’ils peuvent être utilisés à des fins privées et ainsi ne pas conduire par ce dispositif à un contrôle permanent des salariés. De plus, la CNIL pose un principe de proportionnalité, ainsi les données collectées (localisation, kilomètres parcourus, vitesse moyenne et maximale, façon de conduire..) doivent être adéquates, pertinentes et non excessives au regard des finalités déclarées du système de géolocalisation. Les destinataires des données doivent être déterminés en fonction de l’objectif du dispositif. Il pourra s’agir de la personne en charge de la sécurité ou du service ressources humaines. Par principe, les données ne peuvent être conservées plus de deux mois. Cette durée peut être supérieure si une réglementation spécifique le prévoit ; fixée à un an lorsque la conservation est rendue nécessaire à des fins de preuve de l’exécution d’une prestation, s’il n’est pas possible d’apporter la preuve par un autre moyen et portée à cinq ans pour les seules données relatives aux horaires effectuées. Il reste important de souligner qu’en application d’un article du Code pénal, le détournement de la finalité du système de géolocalisation est sanctionné par cinq ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende. Une raison pour dissuader les nombreuses entreprises qui vendent ou rachètent des bases de données illégales.

Commercial

La géolocalisation est également utilisé à des fins commerciales et publicitaires. Par exemple, Facebook a vendu les informations de ses utilisateurs à des annonceurs pour un ciblage plus performant et complet. La vie privée n’est pas respectée et l’illégalité est totale. De nombreuses entreprises fonctionnent de cette manière.

Privé

Coté malsain pour les relations de couple (arme redoutable en cas de séparation, détective privé, effet pervers, espionnage à portée de tous). Téléchargements illégaux de logiciels d’espionnage.

L’arrivée de la géolocalisation pose quelques problèmes éthiques. C’est certes une prouesse technologique, mais cela pourrait avoir des conséquences fâcheuses sur l’application des libertés individuelles et en ce qui concerne le respect de la vie privée. Mark Zuckerberg avait dit : “Avec Facebook, la vie privée, c’est fini.“

 Des millions de Big Brother

La géolocalisation s’immisce partout. Sur Internet, elle est désormais intégrée à Facebook, où l’on vient partager volontairement sa position avec ses amis, grâce à la puce GPS de son smartphone. Google n’est pas en reste. Il sait déjà suggérer des recherches en fonction de l’emplacement de l’internaute, et garde en mémoire le parcours de ses utilisateurs.

La géolocalisation s’invite aussi dans les lieux publics ou les entreprises, grâce à des dispositifs d’identification en apparence inoffensifs. Dans les stades, les caméras vidéo qui balayent les tribunes peuvent reconnaître un spectateur, identifié par son billet équipé d’une puce RFID. Elles savent donc, à son insu, où il est placé et ce qu’il fait. Ce qui vaut pour

la sécurité aujourd’hui peut être étendu à la publicité. Par exemple en 2011, des militants antipub ont barbouillé dans le métro parisien des écrans publicitaires équipés de capteurs, qui comptent les passants et leur temps d’exposition.

«Comment fera-t-on pour réguler ces choses-là ?»

A l’avenir, cette mobilisation sera plus périlleuse car les technologies seront toujours plus discrètes. «L’utilisation des nanotechnologies fera que l’on ne sera plus dans l’hypothèse d’un bon gros Big Brother, mais de millions de petits Big Brothers disséminés dans la nature » prévient Alex Türk. Or, il est bien plus difficile de s’opposer à des ennemis diffus qu’à une autorité bien identifiée.

Pour le président de la Cnil, le combat doit se mener avec les plus jeunes, qui vivront toute leur vie plongés dans le numérique. «Il faut essayer de faire prendre conscience aux enfants de la nécessité d’acquérir des réflexes nouveaux, pour qu’ils vivent leur vie dans cette société numérique avec leur libre arbitre.» Un document a été adressé en 2011 à toutes les classes de CM2 de France pour leur expliquer comment protéger leur vie privée sur Internet. «L’objectif est de leur rappeler que la vigilance s’impose dès aujourd’hui», précise la Cnil.

La régulation politique de ces nouvelles pratiques prendra «entre dix et vingt ans», estime Alex Türk. Une proposition de résolution, débattue en commission des Affaires économiques à l’Assemblée nationale, doit être adressée au gouvernement. Des démarches similaires sont en cours en Espagne et en Allemagne. «C’est le point de départ d’une longue marche, pour convaincre l’Union européenne de porter ces idées face aux Etats-Unis», espère le président de la Cnil. Et parvenir à une convention mondiale sur le respect de la vie privée, sous l’égide de l’ONU.

Conclusion

Nous avons pu voir avec cette analyse que la géolocalisation est présente dans tous les secteurs sur le web. Que ce soit dans les réseaux sociaux,  les sites d’information, de recherches en toutes sorte et même sur de nombreuses applications Smartphone.

Ce principe se combine même avec d’autres technologies telles que la réalité augmentée pour transmettre de l’information de manière toujours plus pertinente et impactante.

Mais a-t-elle un avenir ? Si l’on en croit la dynamique actuelle, la géolocalisation devrait  être d’ici peu présente de partout.  Plus de 87% des résultats qui nous intéressent sont en relation directe avec le lieu mais en même temps 68% des possesseurs d’un système de géolocalisation ne l’utilisent pas pour trouver une boutique ou un point de vente.

Vidéo du groupe:

Powerpoint géolocalisation

Publicités

La géolocalisation a-t-elle de l’avenir ?

Image de positionnement

Nous allons nous interroger sur l’avenir de la géolocalisation. Dans un premier temps, nous définirons la géolocalisation, ensuite nous vous présenterons ses usages et applications, pour enfin terminer sur ses implications socio-économiques.
Télécharger le
Power Point (en PDF) :
Power Point Géolocalisation Groupe A
 

Lien Vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=9J2fKD_c5tA&context=C355e315ADOEgsToPDskKnnGrsGquqPg5Avo5ymBwS

 

I)     La géolocalisation dans sa globalité

Définition :

La géolocalisation ou géoréférencement est un procédé permettant de positionner un objet (une personne, etc) sur une carte ou de placer un ou plusieurs lieux (ville, montagne, évènement), à partir de leurs coordonnées géographiques (latitudelongitude).

Cette opération est réalisée à l’aide d’un terminal capable d’être localisé (grâce à un système de positionnement par satellites tel qu’un récepteur GPS  ou à d’autres techniques) et de publier ses coordonnées géographiques.

Les positions enregistrées peuvent être stockées au sein du terminal et être extraites postérieurement, ou être transmises en temps réel vers une plateforme logicielle de géolocalisation.

La transmission en temps réel nécessite un terminal équipé d’un moyen de télécommunication de type GSM/GPRS, radio ou satellite lui permettant d’envoyer les positions à des intervalles réguliers. Ceci permet de visualiser la position du terminal au sein d’une carte à travers une plateforme de géolocalisation le plus souvent accessible depuis internet.

Cette fonctionnalité est notamment à intégrer aux modèles d’infoboxes (table préformatée de données dynamiques qui présente sommairement des informations importantes sur un sujet) ou aux fiches et permet la création de cartes complétées.

Application web :

Capteurs satellites de la géolocalisation

Procédé permettant de localiser un internaute grâce à son adresse IP.

En marketing :

Localisation du destinataire d’un message marketing par son téléphone portable ou via un site Web.

-> Intérêts de la géolocalisation marketing :

•Adapter la communication et l’offre

•Cibler un consommateur de plus en plus nomade (récupération de données utiles, lieux…)

Lois :

La géolocalisation est règlementée par la commission nationale de l’informatique.

Préoccupations de la CNIL :

« Les dispositifs de géolocalisation permettant aux employeurs privés ou publics de prendre connaissance de la position géographique, à un instant donné ou en continu, des employés par la localisation d’objets dont ils ont l’usage (badge, téléphone mobile) ou des véhicules qui leur sont confiés doivent  aux dispositions de l’article L.120-2 du code du travail aux termes duquel « Nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives de restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni proportionnées au but recherché ».

Historique

La géolocalisation a été développée en décembre 2006. Elle permettait de prendre en compte des projections autres que la simple projection équirectangulaire.

Histoire de la géolocalisation en schéma linéaire

Le procédé de géolocalisation était alors confronté à 2 problèmes :

  1. Les cartes disponibles était hétéroclites, bariolées ; mais surtout sans aucunes indications de projections ni cadrage.
  2. Mediawiki ne connaissait pas les fonctions trigonométriques

Ces problèmes ont disparu grâce à deux actions :

  1. De grands cartographes comme NNW ou Historicair , … ont réalisé un jeu de cartes de grandes qualités, bien documentées, et pour lesquelles la création du modèle de paramétrage n’est plus un problème.
  2. Les fonctions trigonométriques intégrées permettent maintenant des projections complexes

Une nouvelle version de la géolocalisation a donc été développée fin 2008, elle comprend désormais :

  • L’unité de positionnement dans les modèles de point qui n’est plus le pixel mais le pourcentage. Le positionnement devient alors indépendant de la taille de l’image. Les valeurs (valides) de positionnement transmises aux modèles de point sont dorénavant toujours dans la fourchette 0≤ ≤100. Le modèle de point peut donc détecter les positions hors cadre.
  • Le jeu de carte des pays est quasiment complet.
  • Un jeu de modèles des points a été réalisé.
  • L’organisation arborescente des modèles a permis une documentation automatique performante et la création de pages de maintenance
  • La documentation s’est considérablement étoffée (trop presque).
  • Intégration de Coordonnées par syntaxe DMS supportée par certains modèles de géolocalisation.

Techniques de géolocalisation: 

GPS : Sigle significant Global Positioning System.

Le Système de géolocalisation par satellite. Le réseau de 24 satellites (plus 4 satellites en réserve) actuellement en fonctionnement, développé par l’armée américaine, est mis à disposition des civils. Il permet de déterminer les coordonnées géographiques de n’importe quel point situé à la surface du globe. Sa précision peut atteindre 1 mètre. Le GPS s’utilise en association avec une carte pour se repérer et se positionner : randonnées, voile, trek…

Téléphonie :

GSM :Abréviation de Global System for Mobile communicationqui désigne un  téléphone portable smartphone.

UMTS : Universal Mobile Telecommunications System
Système de télécommunications mobiles universelles qui permet d’offrir une large gamme de services, intégrant la voix, les données et les images. Il définit la 3ème génération des mobiles, avec des possibilités bien plus grandes, notamment concernant le transfert de données et les nouveaux services accessibles à partir du mobile comme la vidéo à la demande.

Internet IP

Wifi, Bluetooth

RFID : Radio Frequency Identification

Méthode utilisée pour stocker et récupérer des données à distance en utilisant des balises métalliques, les « Tag RFID ». Ces balises qui peuvent être collées ou incorporées dans des produits sont composées d’une antenne et d’une puce électronique. Elles réagissent aux ondes radio et transmettent des informations à distance. Cette technologie est censée, à terme, remplacer les codes barres.

Différentes zones et modes d’utilisations

Applications de ces techniques dans différents domaines :

* Militaires (missiles, stratégie de terrain, déplacement de troupes…)

* Transports (navigation, GPS)

* Traçabilité (marchandises, colis…)

* Urgences, hôpitaux (repérage de blessés…)

* Guide (musées, bibliothèques…)

* Géomarketing

II)       Domaines d’application

De plus en plus la géolocalisation se mêle et s’entremêle dans différents domaines.
Nous allons vous évoquer les principaux domaines d’applications où le système de la géolocalisation prend de l’ampleur :
  1. Facebook Places

    Les CHECK-IN ont vu le jour en Août 2010

    Capture d'écran d'un check-in

    Un check-in est l’action qui consiste à spécifier sa localisation en publiant un statut sur son Facebook. Les check-in se font surtout à partir des applications des smartphones.

    Grâce à cet outil, l’utilisateur de Facebook peut se géolocaliser et préciser s’il est accompagné d’amis ou non. Leurs positionnements est obtenus grâce à une puce GPS présente dans de nombreux téléphones.

    Ils peuvent donner lieu à des propositions marketing et commerciales basées sur la géolocalisation. Depuis 2010 SFR à lancé une offre de « publicité mobile géolocalisée », elle propose aux enseignes d’augmenter le trafic en magasin en envoyant des promotions via des SMS sur les mobiles des clients SFR se trouvant dans une périmètre proche du magasin en question.

    http://www.youtube.com/watch?v=ZfX_ZQag1BM

    Géolocalisation d’amis

    La géolocalisation fait désormais partie du vocabulaire des jeunes fans des médias sociaux.

    85 % des étudiants utilisent Facebook pour leurs sorties.

    A raison de 2 à 3 sorties par semaine, cela laisse présager un bel avenir à la géolocalisation sociale.

    Grâce à la géolocalisation, nous pouvons géolocaliser nos amis à partir de nos Smartphone :

    – Google Lattitude : application pour mobile développée par Google dont le but est de partager sa position géographique avec ses contacts, et réciproquement de suivre la position de ses amis sur Google Maps.

    L’utilisateur choisit qui est autorisé à voir sa position et avec quelle précision (coordonnées géographiques ou bien seulement la ville). Il est également possible de désactiver l’application, ou d’entrer à la main une position.

    Google Latitude est également disponible sur PC. La géolocalisation se fait sur PC d’après l’adresse IP, sur mobile d’après les informations de l’opérateur mobile et le GPS du téléphone.

    Ce service soulève des questions de vie privée, et Google affirme ne stocker aucun historique.

    Ce service peut aussi aider à retrouver son téléphone en cas de perte.

    – Foursquare : Crée à New-York en 2009.

    Foursquare est un outil de réseau social, de jeu et de microblogging qui permet à l’utilisateur d’indiquer où il se trouve et de rencontrer ainsi ses contacts (système de géolocalisation). L’aspect ludique vient du fait qu’il est possible d’accumuler des badges relatifs à des lieux spécifiques.

    L’application fonctionne sur Symbian OS, IOS, Android, Windows Mobile, Windows Phone 7, Palm Pre et Blackberry.

    Avec ses 10 millions d’utilisateurs (20/06/11), cette application est cependant beaucoup plus populaire aux États-Unis en raison des commerces qui adhèrent au système.

    Géolocalisation des places de parking

    Dans les grandes villes, il est de plus en plus difficile de trouver une place de stationnement du premier coup.

    Une entreprise toulousaine, LYBERTA, est en train de tester un système plutôt ingénieux. En effet ce système devrait permettre aux utilisateurs de Smartphone et au propriétaire de voiture de trouver une place de parc rapidement.

    Je m’explique : Les automobilistes visualiserons en directe sur leur Smartphone les places libres aux alentours. Quatre places sont actuellement en phase de test, qui s’il s’avère concluant sera ensuite étendu à toute une rue.

    L’objet : géolocalisation sans satellite, ni GPS

    L’entreprise ne souhaite pas faire appel au satellite ni au système GPS. C’est tout l’enjeu technologique que s’est fixé l’entreprise Lyberta.

    Patrick Givanovitch résume l’affaire qui pourrait bien faire des heureux chez les urbains : «  De petites sondes seront installées dans le bitume à quelques centimètres de profondeur afin de détecter si les places sont libres ou non et seront toutes reliées à un ordinateur central « .

    Ainsi, l’outil de géolocalisation indique par SMS ou via une application smartphone les informations aux automobilistes inscrits sur le réseau Lyberta.


    III) Implications socio-économiques et avenir de la géolocalisation

     

    Marché économique

    A l’heure actuelle, le marché de la géolocalisation est de taille encore restreinte : moins de 30% des téléphones sont équipés d’applications dédiées à cette fonction. C’’est également un marché immature, car réduit aux « early adopters » (utilisateurs pionniers) du fait de la méfiance éprouvée par les internautes et les mobinautes envers la géolocalisation.

    Paradoxalement, ce marché est en pleine croissance, conséquence des avancées technologiques en matière de télécommunications et d’informatique, mais également de géographie et de mobilité. D’autre part, elle est portée par la démocratisation de l’outil Internet, désormais utilisé comme vitrine par de nombreuses entreprises. Ainsi, la géolocalisation représente un marché mondial de 7 milliards de dollars, et devrait s’élever à 13 milliards de dollars d’ici 2014.

    De plus, cet outil peu onéreux est une aubaine pour les TPE et les commerçants, qui ne peuvent se payer un espace publicitaire, leur permettant ainsi de mettre en place des opérations marketing à moindre coût.

    Changements sociaux

    La géolocalisation engendre aujourd’hui différents changements sociaux.

    On observe tout d’abord une modification des repères spatiotemporels, avec :

    –          le rapport au temps : la publication sur les supports, par exemple, a évolué. Il se compte en jours sur les forums, en heures sur les blogs et en minutes sur les microblogs.

    –          le rapport à l’espace : de la même manière, il y a un passage de l’échelle mondiale (partage avec le monde entier via des plate-formes comme Youtube), à l’échelle locale avec les téléphones mobiles.

    Jusqu’à présent, les personnes connectées via un réseau social ne se connaissent pas forcément « physiquement » et ne se rencontrent pas systématiquement. En associant la géolocalisation à la dimension sociale, l’évolution profonde réside dans la possibilité de se rencontrer dans la vraie vie, et non plus seulement derrière l’écran.

    Par ailleurs, connaître en temps réel le lieu où chacun se trouve confère ainsi à l’individu une maîtrise de l’espace urbain.

    Nous assistons également à une reconfiguration des relations sociales. La relation entre la marque et le consommateur ne se limite plus simplement aux rayons d’un magasin ou à son site internet, mais elle est devenue omniprésente et permanente.

    De plus, l’usage des réseaux sociaux inclut désormais la géolocalisation sociale – confirmant ainsi l’omniprésence de Facebook chez les internautes. Cela a fait naître ce qu’on appelle aujourd’hui la « géosocialisation » : ce terme évoque un lieu où l’on rencontre des gens et élargit son réseau social. 23% des 15-29 ans affirment utiliser les réseaux sociaux comme moyen de géolocaliser leurs amis. C’est aussi pour eux l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes, en témoignent les 85 % d’étudiants français utilisant Facebook pour leurs sorties.

    Risques

    Mais ces changements des habitudes sociales et du rôle de l’individu sont porteurs de plusieurs risques. En effet, le phénomène de la géolocalisation soulève notamment des questions éthiques.

    Les outils de géolocalisation « active », qui amènent à suivre en temps réel l’activité des personnes équipées, peuvent dépouiller n’importe qui de toute vie privée. En plus de vous localiser en permanence, en interrogeant leurs bases de données, les opérateurs téléphoniques collectent et archivent des nombreuses données à caractère personnel, à l’instar d’autres entreprises comme Facebook.

    Certaines sociétés sont spécialisées dans le rachat de ces données qui peuvent être réutilisés à des fins commerciales. De nombreuses entreprises n’hésitent pas à utiliser ces données pour créer des profils et viser au mieux les attentes des clients ou prospects.

    Certains acteurs économiques tirent cependant la sonnette d’alarme quant à ces pratiques. Claudia Lagnas, Digital & New Media Director de Pepsi, insiste sur le nombre considérable de sociétés qui tenteront de tirer profit des données des internautes et des mobinautes. Le risque réside dans le rejet du consommateur qui ne désire pas forcément suivre toutes les marques existantes.

    Enfin, la géolocalisation laisse la porte ouverte aux cambriolages. Indiquer ses allées et venues via son check-in ou son statut permettent aux voleurs de planifier leur vol. Ainsi, le site PleaseRobMe (« s’il vous plaît, cambriolez-moi ») visait à sensibiliser les utilisateurs de tels services aux risques potentiels. En se basant sur les informations fournies par Foursquare ou Gowalla, PleaseRobMe montrait les personnes qui n’étaient pas chez elles et, par conséquence, plus susceptibles d’un cambriolage.

    Les risques évoqués ci-dessus motivent les craintes de 72% des Français, qui considèrent que la diffusion sur internet de la localisation en temps réel est risquée (source : Observatoire sociétal du téléphone mobile, TNS Sofres).

    Limites

    On distingue d’une part les limites législatives. En effet, la géolocalisation reste très encadrée par la CNIL. Celle-ci veille à ce que cette technologie ne soit pas utilisée à des fins malveillantes, par exemple concernant l’espionnage des salariés. Certaines sociétés de transports vont jusqu’à vérifier la localisation de leurs camions en temps réel pour savoir où vont leurs chauffeurs.

    Ainsi, pour éviter tout risque de dérive, la CNIL impose aux entreprises l’existence d’un système de désactivation de la balise GPS, que le collaborateur peut utiliser quand il le souhaite, en particulier à la fin de sa journée de travail. Cela permet aux employés, qui notamment utilisent leur véhicule de travail à des fins privées, de ne pas être localisés constamment en dehors de leur temps de travail. De fait, la CNIL évite un espionnage constant de la direction.

    D’autre part, passée la phase de découverte de la géolocalisation, on dénote une certaine lassitude de la part de l’individu, survenue à force de donner sa position géographique à tout moment sur son mobile.
    Ce syndrome, baptisé « check in fatigue », s’est accompagné de plusieurs autres phénomènes : un manque de différenciation entre les offres de tous les services de géolocalisation, et une absence cruelle de business model. Même si les services de géolocalisation sont en phase avec l’évolution des comportements des consommateurs, cela reste une économie fragile dont le modèle n’est pas encore finalisé.

    Avenir de la géolocalisation

    Un avenir radieux s’offre aujourd’hui aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. L’évolution de ces techniques est extrêmement favorable à la géolocalisation marketing, et de nombreux acteurs misent beaucoup sur cette évolution pour pouvoir aller plus loin dans la géolocalisation et améliorer leurs services.

    L’exploitation des données collectées par les services de géolocalisation tend également à être adaptée aux cibles. Naveen Selvadurai, co-fondateur de Foursquare, affirme que son service a collecté et stocké plus de données durant les vingt dernières années qu’au cours de toute l’histoire, et souhaite « faire plus de choses intéressantes avec toutes ces données ».

    D’un point de vue technique, la géolocalisation sera notamment progressivement intégrée à toutes les applications « mobiles », favorisant l’apparition d’objets indiquant « où ils sont », en se géolocalisant de manière autonome (« l’Internet des objets »). L’avenir est donc aux solutions plus « intégrées » et « invisibles » pour l’utilisateur qui n’a pas à se soucier de se signaler explicitement. Nous pouvons alors parler de géolocalisation passive.

    Ce que la géolocalisation peut encore apporter reste très flou pour la plupart des experts, qui craignent que cet avenir soit terni par les problèmes que pose cette technologie. Le risque du franchissement de la limite entre le professionnel et le privé existe toujours. Se pose alors la question d’où s’arrête le professionnel et où commence la vie privée.

    C’est pourquoi certains sont sceptiques quant à l’avenir de la géolocalisation et à son épanouissement. L’enjeu consiste désormais à assurer la continuité des services de géolocalisation et, d’un point de vue commercial, il faudra attendre une dizaine d’années pour que se dessine une véritable maturité.

     Conclusion

    La géolocalisation, c’est pire qu’avant ?

    Oui et non. La critique principale qu’on peut faire à cette fonctionnalité est qu’on laisse l’utilisateur choisir délibérément de divulguer des informations mettant en cause sa vie privée. Mais concernant l’utilisation commerciale de ces informations, l’enregistrement de toutes nos recherches et de notre historique par Google à chaque recherche est, en soi, beaucoup plus problématique en termes de vie privée.

    La géolocalisation réussit un tour de force plutôt bien senti : laisser l’utilisateur maître de la récupération de sa propre vie privée à des fins commerciales, sans qu’il ne se doute de rien…

     Avenir de la Géolocalisation :

    • Les données géographiques vont devenir gratuites grâce à OpenStreetMap (l’OSM est un projet international fondé en 2004 dans le but de créer une carte libre du monde. Elle collecte des données dans le monde entier sur les routes, voies ferrées, les rivières, les forêts, les bâtiments et bien plus encore ! Les données cartographiques collectées sont ré-utilisables sous licence libre)
    • La géolocalisation sera intégrée à toutes les applications mobiles
    • Plus de la moitié des publicités sur mobile sera géolocalisée
    • Tous les contenus générés par les utilisateurs seront géo-taggués
    • La proximité et la géolocalisation contextualisera et filtrera la recherche
    • Les code-barres et les QR code simplifieront l’accès à l’information pour les utilisateurs
    • Les LBS (qui conçoivent et standardisent la structure interne des systèmes d’exploitation) seront intégrés dans les réseaux sociaux
    • La géolocalisation va aussi favoriser les relations. Un web local va émerger(mieux que foursquare)…Et Bien d’autres prédictions selon nos lectures: moteur de recherche basé sur la géolocalisation, réalité-augmentée au travers de lunettes d’ici 4 ans, jeux vidéo dans le monde « réel »…


    Oriane Depierre

    Sophie Descamp

    Alizée Detraz

    Marie Didier

Nuage de Tags